13 octobre 2017

Zero Emission Valley : à fond sur la mobilité hydrogène

La Californie a sa Silicon Valley, la région Auvergne-Rhône-Alpes va se doter d’une Zero Emission Valley, sur le thème de l’hydrogène.

Appuyé par une cinquantaine de partenaires, le projet Zero Emission Valley a été lancé à Lyon. Le coup d’envoi a eu lieu à l’Hôtel de Région, lors de la cérémonie de passation de la Présidence des « Quatre moteurs pour l'Europe », et qui échoit à Laurent Wauquiez. « Un président convaincu à 200 % par l’hydrogène », se félicite Fabio Ferrari, Président de Symbio et qui a œuvré en coulisses pour le lancement du projet. Pour la première fois, une grande région, qui a la particularité d'héberger 80 % des acteurs de cette filière, a décidé de soutenir l'amorçage de la mobilité hydrogène.

L'ambition affichée est de déployer 20 stations, alimentées par de l'hydrogène vert (à partir de 15 électrolyseurs, qui utiliseront des énergies renouvelables), et de donner un coup de pouce financier de façon à ce que les 1000 premiers véhicules immatriculés soient proposés au même coût d'utilisation qu'un équivalent thermique. Ce coup de pouce devrait intéresser les entreprises, qui sont très sensibles au coût d’utilisation. Pour financer un déploiement qui se veut massif, le projet bénéficiera de 70 millions d'euros, dont 15 pris en charge par la région. Le reste passera par des partenariats public-privé et par des aides, de la part du FCH-JU en Europe et les Investissements d'Avenir en France.

La grande force de Zero Emission Valley est de sortir de l'éternel problème de la poule et de l'œuf. Au lieu d'attendre que les constructeurs sortent des modèles et que les exploitants de stations veuillent bien investir, l'idée est plutôt d'avoir une approche combinée. C'est justement le modèle qu'a su insuffler Symbio, chef de file de Mobilité Hydrogène France. L’astuce consiste à proposer un modèle de voiture plus abordable pour les flottes captives (la Kangoo H2, équipée d’un prolongateur d’autonomie avec une pile à combustible, à 30 000 euros H.T), en combinaison avec une station à 350 bars et à échelle réduite. Ce modèle a été appliqué localement avec le projet Hy-Way, qui s’est traduit en région par la mise sur le marché de 30 véhicules et 3 stations.

Mais, la région y croit. Elle dispose sur son territoire d’acteurs industriels de premier plan et d’un réseau exceptionnel de chercheurs, à commencer par le CEA. Au-delà de ce coup de pouce, la région compte aussi investir 30 millions supplémentaires dans la recherche pour développer des véhicules lourds à hydrogène. Mais il reste par contre un gros effort de pédagogie à faire, l’hydrogène restant encore largement méconnu dans l’opinion publique.

 

Partagez cette page
11 septembre 2017

Mobilité à l’hydrogène : accélération !

Les avancées de l’usage de l’hydrogène comme source d’énergie pour le transport se multiplient. Dernière en date, la création d’une station de recharge produisant de l'hydrogène renouvelable sur site à Sarreguemines (Moselle).
Lire la suite
26 octobre 2017

Laurent Wauquiez convaincu par l’hydrogène

Il est rare qu’un homme politique de premier plan s’exprime sur l’hydrogène. C’est pourtant le cas de Laurent Wauquiez, Président d’une grande région qui a décidé d’investir dans cette forme d’énergie et de soutenir une filière industrielle.
Lire la suite

© 2017 tous droits réservés. Mentions légales